• coney-island-01
  • coney-island-02
  • coney-island-03
  • coney-island-05
  • coney-island-06
  • coney-island-09
  • coney-island-10
  • coney-island-11
  • coney-island-12

 

CONEY ISLAND

J’ai découvert Coney island par un dimanche ensoleillé et glacial de mars 2015. La promenade est déserte, le Luna park et Nathan’s, le plus célèbre pourvoyeur de hot dogs des Etats- unis sont fermés. A l’arrière du boardwalk, le vieux Cyclone, emblématique montagne russe et ultime témoin de l’âge d’or de Coney, dresse sa maigre carcasse en bois parmi les herbes folles et les arbres dénudés. Il y a un je ne sais quoi de nostalgie et de solitude dans l’air qui, à ce moment là, me font momentanément quitter les lieux…

Vers midi, tout à côté de l’aquarium, un rassemblement insolite se forme : des femmes et des hommes de tous âge en maillots de bain, bonnets de laine et moufles avalent donoughts et boissons chaudes avant de se diriger vers la plage et se tremper dans l’Atlantique en un joyeux brouhaha. Ce sont les membres du Polar bear swim club qui tous les dimanches de novembre à avril se livrent à ce rituel à 13 heures tapantes. 

Le club a une dimension caritative puisqu’il lève des fonds pour les enfants et adultes atteints de déficience intellectuelle et cofinance depuis 2005 les Special Olympics qui se sont déroulés du 25 juillet au 2 août 2015 à Los Angeles.